Le défi du présent, jour 24 : “Se plaindre” – Journal

SPIRITUALITE


Cet article fait partie du journal que je tiens de mon défi du présent: 10 semaines pour lire, intégrer et mettre en pratique dans mon quotidien les enseignements de “Le pouvoir du moment présent” d’Eckhart Tolle.

Retrouvez les autres entrées de cette quatrième semaine du défi ainsi que le journal des autres semaines.

Mon objectif du jour

Au programme aujourd’hui: m’observer en train de me plaindre.

La plainte est en effet la deuxième stratégie du mental pour éviter le moment présent présentée par Tolle.

Je peux me plaindre de différentes manières:

  • par mes paroles;
  • par mes pensées.

Je peux me plaindre de différentes choses:

  • des autres – ce qu’ils ont dit ou fait, pas dit ou pas fait;
  • de situations;
  • de mes conditions ou de mon cadre de vie.

Dans tous les cas, la plainte exprime une résistance à ce qui est, à mon ici-maintenant; elle dégage une charge négative inconsciente; elle correspond à une attitude de victime.

Stratégie 1 aversion réticence se plaindre Le problème

Pour reprendre le pouvoir et retrouver sa liberté, Tolle propose un cheminement en trois étapes, semblable à celui présenté hier face au sentiment d’aversion:

  • 1ère étape: rendre conscientes la plainte et la négativité qu’elle engendre en les observant
  • 2ème étape: laisser tomber toute négativité, toute résistance intérieure, de manière à “garder son espace intérieur dégagé”. Cela suppose d’accepter le présent. Ou, autrement dit,: “où que vous soyez, soyez-y totalement“.
  • 3ème étape: face à l’objet de ma plainte, choisir immédiatement l’une des trois options suivantes (“tout le reste n’est que folie“) et accepter les conséquences de mon choix:
    1. Changer la situation, pour autant que cela soit possible et nécessaire. Cela peut consister à poser une action ou à simplement exprimer sa pensée. Mais que faire si le changement de situation m’inspire une peur qui m’empêche de passer à l’acte ? Comme avec toute émotion dont on souhaite se désidentifier: lui accorder mon attention !
    2. Eliminer la situation de sa vie, s’en retirer:
    3. Accepter totalement la situation, lorsque les options 1 et 2 ne sont pas envisageables. Autrement dit, lâcher prise, “ce qui n’est pas synonyme de faiblesse et recèle au contraire une grande force. (…) En agissant ainsi, vous serez intérieurement libéré de la situation et la verrez peut-être changer sans aucun effort de votre part. Chose certaine, vous serez libre.

Il est important que l’abandon de la négativité (étape 2) précède ce choix, de manière à ce que mon action (options 1 et 2) puisse être efficace ou que mon acceptation (option 3) soit libre de toute résistance intérieure.

Stratégie 1 aversion réticence se plaindre La solution

Newsletter par e-mail

Inscrivez-vous pour recevoir les nouveaux articles directement dans votre boîte mail !

(pas de spam, désinscription possible à tout moment en 1 clic)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code